Archives pour la catégorie le Deuil

le Deuil

lumiretunne.jpg

Un passage dans cette vie terrestre, du visible à l’invisible, tel la disparition d’un Être cher,

et aussi,

un passage de l’invisible au visible, tel la naissance d’un nouveau né, pour qui la Maman doit faire le deuil de sa grossesse.

J’écris cet article en ce mois de Mai 2010, qui est pour moi, une série d’évènements dramatiques, dans le sens du nombre de décès qui m’entourent… sans tremblement de terre, sans raz de marée, sans accident ferroviaire ou aérien, ou autres circonstances.

Je dédie cet article à toutes les personnes qui m’ont guidée, de ce côté, terrestre. Et je souhaite aussi témoigner de leur présence invisible. 

Un sujet qui fait encore grincer des dents, les plus susceptibles. Et pourtant, qui n’a pas senti la présence d’un Être cher disparu…

Remémorez vos expériences !! ?? 

Avec tout le « Crédo » que nous fait avaler la société, il n’est pas évident de garder ses Cinq Sens actifs… et c’est bien grâce à eux, que nous avons la grâce de garder le contact avec ce fameux « invisible ».

Certaines personnes disent qu’il y a 4 phases dans le Deuil. – En premier, le dénie : « Ce n’est pas possible ! Ce n’est pas à moi que ça arrive ! » – En deuxième, la colère : « Pourquoi moi ? Pourquoi pas les autres ? » – En troisième, l’acceptation : « Je suis veuve. » – « J’ai perdu mon enfant. » – « Je suis orphelin. » – « Mon ami nous a quitté. » – En quatrième, l’écoute et le partage : « Je sais ce que vous vivez. »

J’aimerai ici, approfondir la troisième étape. Le mot « acceptation » est à mon sens, désuet. Par expérience, je sais que la blessure qui porte en moi le sens de veuve, est peut-être cicatrisée, mais certainement pas acceptable. Il en est de même pour les blessures qui porte en moi les sens de disparitions de nouveaux nés, blessures cicatrisées ou pas, mais inacceptables. 

Les anciens disaient autour de moi : « C’est la vie. On naît, on meurt. » En effet ; cela ne permet pas pour autant l’acceptation.

Aujourd’hui, je nomme cette troisième étape : la Présence.

Je ne crois pas que l’on accède à la quatrième étape, sans passer par le ressenti de cette Présence. Parler de son veuvage avec autrui, parler de la disparition de ses enfants avec autrui, c’est vivre leur Présence, là où ILS sont. C’est ainsi que je conçois notre Présence sur Terre, et leurs Présence dans l’invisible.

Avant de partager avec Autrui, l’expérience du Deuil, il est essentiel de vivre chaque étape. La plus subtile étant la troisième ; sentir la Présence de la personne décédée.   Non pas au quotidien, mais simplement quand cela se présente et bien souvent au moment où l’on s’y attend le moins. Voir une Présence, Parler avec une Présence, Sentir un parfum, Entendre un mot doux, et Toucher une Essence peu ordinaire, cela représente une partie du travail que chaque humain doit se souvenir.

Les animaux n’ont pas de problèmes, eux. Ils voient et nous font comprendre qu’une Présence invisible est proche. Alors pourquoi les Humains se sentent-ils plus évolués que les Animaux ??

A chacun de travailler son Ego, et de faire taire son Mental. Ainsi, les Présences de chacun, visibles et invisibles, vibrent à l’unisson.

Si vous souhaitez témoigner de votre expérience tout en sachant que cela crée un accompagnement auprès des personnes vivant les deux premières étapes du Deuil, je vous en remercie d’avance.

Quant aux personnes qui ne connaissent pas encore le processus du Deuil, veuillez vous abstenir. Merci.

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message :
Vous mettre en copie (CC)
 

Monique a écrit : « Dans le deuil, pour moi, « accepter » c’est « oublier ». Et oublier des êtres que l’on a aimé ou côtoyé avec empathie n’est pas acceptable !
Après la douleur (mentale et physique), après la colère, après les regrets de ce que l’on n’a pas dit ou pas fait, vient le temps d’ouvrir les yeux sur tout ceux et ce qui nous entourent, de faire le tri entre essentiel et superficiel ; il nous faut apprendre à laisser la place à une méditation qui nous permet de revenir à l’essentiel, de purifier son esprit et ses pensées. Enfin, et grâce aux souvenirs, rangés dans un tiroir accessible de son esprit, accepter cette présence impalpable, non physique et pourtant réelle.
Avec toute ma compassion et ma sympathie, Isabelle, pour passer le plus harmonieusement possible toutes tes propres transitions. »
Isabeille : « Merci Monique. Hommage à tous nos collègues, morts sur le front.« 

Mamyka. témoigne : « J’ai lu et relu ce message. Je comprends tes mots, tes lignes et entre tes lignes ! Le mot « Acceptation » pour moi ! tu ne peux jamais l’accepter. La « Présence » elle est perpétuellement là. Quelque soit ta vie, tu te fais opérer ! tu gardes indéfiniment la « Cicatrice » quelque soit l’endroit où elle se trouve ? Tu te regardes dans une glace pour ne pas dire un « miroir » cette image est toujours là. La phrase, que je t’écris : « Son souvenir restera comme un doux parfum et sa mémoire ne s’effacera jamais » elle est gravée sur une plaque avec une photo, depuis bientôt 30 ans ! Pour moi elle résume « voir, parler, sentir, entendre et toucher ».   L’écoute et le partage, il n’y a pas longtemps que je peux l’appliquer, en effet tu écoutes la personne touchée, tu la laisses te parler et puis arrive l’instant où tu peux lui dire que tu l’as comprend parce que ton vécu, tu oses lui confier, sans la blesser davantage et par ta présence elle découvre que la vie « va continuer » avec sa blessure qui deviendra à son tour cicatrice. Je pense très fort à toi. Je t’embrasse et à très vite en tête à tête ! Tu sais que nous avons beaucoup de chose à nous dire… » Isabeille dit : « Merci Mamyka. Nous avons toutes les deux, cette cicatrice, que la société appelle le veuvage; et comme tu l’écris si bien, notre présence auprès d’une personne à qui cela arrive, permet de découvrir que la vie « continue » avec cette blessure qui change de forme mais pas d’endroit. La séparation est une conception humaine. Vous: Lo. JF. Jc. JL. Phil., qui ont passé le grand tunnel, votre Présence nous exprime la non-séparation.  C’est là, tout notre travail sur Terre. »

So-Céleste a écrit:  » Je ne sais pas trop si il y a 4 étapes au deuil…  moi je le considère plutôt comme une période de sevrage. Un manque dont il faut apprendre à  s’habituer. Alors peut-être, qu’en effet dans le processus de sevrage il y a des étapes …  mais nous sommes toutes et tous différents … enfin sinon en chimie  » rien ne se perd et tout se transforme ! «    moi je pense que la mort n’est qu’un changement d’état.   C’est comme l’eau, quand il fait froid elle devient glace, et quand il fait très chaud elle devient vapeur invisible, pourtant elle est là…! et  bien créatrice de vie…!   C’est difficile de se défaire de nos habitudes, mais pour moi la personne  que tu as perdu est toujours belle et bien là ……… sans doute que cette disparition est un enseignement de plus….  Il faut croire au GRAND TOUT… Ce lundi de pentecôte, c’était l’anniversaire de ma grand mère, elle est  décédée il y a deux ans le 9 avril… et je le sais qu’elle est là toujours  près de moi… l’été dernier quand j’étais dans ma maison à la montagne elle est venue et  elle m’a réconfortée , elle était sous forme d’énergie jaune , elle m’a serrée dans ses bras… parce que je pleurais , pleurer de ne pas avoir de nouvelles de mon Tom… parti a Djibouti…  j ‘ai senti tout son amour et la paix … puis nous nous sommes vu à l’atelier 5 , et tu m’as dit que Tom. était toujours vivant, et c’était vrai car maintenant on est de nouveau en contact même si il est retourné à  Djibouti…  je le sais qu’elle est là , et qu’elle veille sur moi, comme avant,  comme elle l’a toujours fait… et elle le fera toujours…  Des fois il me plaît de défier l’inconnu car je sais qu’elle est là, et  grâce à cette confiance en la vie , en ma bonne étoile et bien j’avance …   et grâce aussi à toi et tous tes conseils, ton écoute et tout…… Merci ma ZAZA-beile …  gros bisous tout doux… à bientôt. »   Isabeille dit : « Merci Belle Sophie. En parlant de Djibouti, tu me rappelles un souvenir où mon deuxième époux partait en campagne. Je m’efforçais de ne pas pleurer, à l’aéroport. Je me disais ‘ pourquoi pleurer… il est vivant… et il reviendra vivant !! ‘ mais cette séparation physique ré ouvrait cette fameuse cicatrice!  » cette expérience m’a démontrée comme il essentiel à la vie de couple, de connaître de temps en temps, des séparations… cela permet des ajustements, des mises au point… après les retrouvailles… et ainsi, se rendre compte, si oui ou non, le couple continue son nouveau chemin. Aujourd’hui, je me pose la question – Comment font Mr et Mme pour rester 24h/ 24h ensemble ??  Quel bonheur , de temps à autre, pour les mecs de se retrouver entre hommes, et idem pour nous Mesdames…«  

A chacun son rythme ! Carpe Diem.

Haut  lumiretunne.jpg de page

 

;

;

;

;

;

;

;

;

;

;

;

;


Bienvenue

Bienvenue

Être Soi

Être Soi

« La mort n’est pas notre plus grande peur,

notre plus grande peur est de prendre le risque d'être en vie - le risque d'être en vie est d'exprimer ce que nous sommes vraiment. Le simple fait d'être soi-même, est la plus grande peur des humains." Don Miguel Ruiz

Yin Yang

Yin Yang

septembre 2017
L Ma Me J V S D
« avr    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930  

Depuis l’Ancienne Egypte…

Depuis l’Ancienne Egypte…


en réponse a joaquim verdeau |
The Monzipo Show |
Les maux des mots des élève... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | docassodejeps2010
| Le club des si blogueurs
| Café Philo Sophia - Maison ...